DES ÉTUDES À FOISON

Plusieurs études ont donc été menées, dont celle du NEI (National Eye Institute – Institut National américain de l’OEil) qui s’est donné comme mission de vérifier l’effet retardant de certains constituants alimentaires sur la progression de la DMLA et de la perte de vision qui y est associée.

Il apparaît que chez les sujets étudiés qui couraient un risque élevé d’être atteints d’une forme grave de DMLA, une consommation régulière de vitamines antioxydantes et de suppléments de zinc ont réduit ce risque d’environ 25%.
Un tel pourcentage constitue une réelle avancée qui fait dire aux chercheurs que cette combinaison de suppléments alimentaires (vitamines C et E, bêta carotène, zinc et cuivre) est le premier traitement efficace pour ralentir la progression de la maladie…

L’heure est donc à l’espoir pour des millions de personnes âgées de plus de 55 ans de par le monde. Comme le démontrent d’autres études, les mêmes suppléments agissent également sur le développement de la cataracte. Ainsi, le projet Nutrition et vision a constaté que des apports élevés en vitamine C réduisaient le risque de cataractes et qu’une prise régulière pendant au moins dix ans entraînait une progression plus lente. Sachant que ces résultats sont corrélés par de nombreuses autres études, il y a tout lieu d’être serein pour l’avenir.

BLONDE, DES VITAMINES PLEIN LES YEUX !

Compte tenu de l’association positive établie entre la nutrition, les cataractes et la DMLA, les personnes, et en particulier les femmes approchant les 55 ans, ayant des antécédents familiaux, les yeux, la peau ou les cheveux clairs, (facteurs qui accroissent le risque de développer la DMLA), seraient bien avisées d’augmenter leur consommation d’antioxydants au sein même de leur alimentation. Et c’est là qu’interviennent nos “célèbres” cinq fruits et légumes…

Car, comme le recommande l’Institut National du Cancer et d’autres départements de santé dans les pays industrialisés, cinq portions de légumes et de fruits choisis judicieusement, procurent plus de 100mg de vitamine C, tandis que deux portions de noix et de graines apportent entre 8 et 14 mg de vitamine E (soit 11,9 à 20,8 Ul).

Cependant, il faut se rendre à l’évidence : l’ensemble de la population française ne consomme pas quotidiennement les cinq fruits et légumes requis… Par ailleurs, s’il est relativement aisé de consommer de la vitamine C à l’état naturel, il n’en est rien de la vitamine E qui n’existe qu’en très petite quantité dans les aliments. C’est donc là que les compléments alimentaires reviennent au devant de la scène...

LES CAROTÉNOÏDES

Autre raison d’espérer : les caroténoïdes, (contenu dans notre alimentation) semblent liés au recul de l’apparition de la DMLA. Les résultats ont démontré un risque beaucoup moins élevé de DMLA chez les personnes qui présentaient une grande quantité de lutéine + zéaxanthine (deux caroténoïdes naturels) dans le sang ou dans leur régime alimentaire. Partant de ce constat, d’autres études ont porté sur les aliments source de lutéine et de zéaxanthine que sont les épinards et le chou vert. Ces études ont confirmé l’association entre une consommation fréquente de ces deux légumes et une diminution notable du risque de développer la maladie. Il est à noter que les épinards et le chou vert n’ont pas le monopole des deux caroténoïdes spécifiés. En effet, tous les légumes à feuilles vert foncé se partagent la vedette, ainsi que, dans de moindres proportions, d’autres fruits et légumes colorés tels que brocoli, poivron orange, maïs, pois, kaki et tangerine (agrume dont le fruit est très proche de la mandarine commune et qui tire son nom de son principal port de départ, à savoir Tanger au Maroc).

L’ESPOIR À PORTÉE DE VUE

Il n’est encore pas question de remède miracle… Mais, le simple fait de repousser le seuil des maladies oculaires liées à l’âge ou d’en ralentir la progression, constitue déjà une bonne raison d’espérer pour les futurs “seniors” que nous sommes...

Bon appétit.