Vous êtes myope, astigmate, hypermétrope ou presbyte et vous devez porter des lunettes équipées de verres correcteurs. Vous vous demandez certainement commet elles vont être remboursées par la Sécurité Sociale et votre complémentaire santé. Cela est légitime.

Si vous êtes âgé de plus de 18 ans et que votre amétropie évolue, vous pouvez être remboursé d'une à plusieurs paires de lunettes par la Sécurité Sociale, par an. Votre complémentaire santé interviendra selon les termes de votre contrat. Avant de vous engager contacter votre complémentaire santé, car certaines d’entres elles remboursent une paire par an.

Si votre enfant est âgé de moins de 6 ans et que son amétropie évolue, vous pouvez être remboursé de plusieurs paires de lunettes par an par la Sécurité Sociale. Pour les jeunes, de 6 à 18 ans, le remboursement par la Sécurité Sociale est limité à une paire par an.
Quelque soit l’âge de votre enfant, votre complémentaire santé interviendra selon les termes de votre contrat. Avant de vous engager, contacter votre complémentaire santé, car certaines d’entres elles remboursent une paire par an.

Dans tous les cas, le remboursement est conditionné par la présentation d’une prescription médicale. 

Le remboursement par la Sécurité sociale …

Le taux de remboursement de la monture est de 60 %, sur la base d'un tarif forfaitaire de 2,84 € pour les plus de 18 ans, soit 1,70 € et de 30,49 € pour les moins de 18 ans, soit 18,29€.
Les verres de lunettes disposent du même taux de remboursement que les montures, à savoir 60 %, sur la base de tarifs qui varient selon le degré de correction. 

Les verres teintés

La prise en charge des verres teintés est conditionnée à des exigences particulières de la LPP (liste des produits et prestations) : « La prise en charge des verres teintés n'est assurée que dans les cas suivants : affections oculaires (conjonctivites intenses, kératites, iritis, cataractes centrales ou congénitales, rétinopathies) ; myopies fortes lorsqu'elles s'accompagnent de photophobie ; à titre exceptionnel, certaines photophobies lorsqu'elles n'entrent pas dans le cadre des affections précitées. »

Si la LPP est respectée, l'opticien n'étant pas compétent pour juger d'une affection oculaire et cette dernière pouvant évoluer au cours du temps dans des délais bien plus courts que ceux relatif à une amétropie « classique, ». Seul l'ophtalmologiste peut être à l'origine d'une telle prescription pour qu'elle soit prise en charge.  

Le tiers payant

Le tiers payant permet au client de ne pas avancer le montant remboursé par la Sécurité Sociale et/ou le montant remboursé par la complémentaire.
Aujourd’hui, tous les Français ont la Sécurité Sociale et 93% d’entre eux souscrivent en plus à une complémentaire santé.

Documents obligatoires pour pratiquer un tiers payant

• Une ordonnance délivrée par votre ophtalmologiste (dans le cadre du décret d’Avril 2007 une ordonnance de moins de 3 ans.)
• La Carte Vitale et / ou une attestation vitale. La Carte Vitale seule ne permet pas toujours de renseigner toutes les informations obligatoires à un tiers payant sur la part Sécurité Sociale.
• La carte de mutuelle. Vous devez vérifier qu’elle est en cours de validité. Sur la carte émise par votre complémentaire doit figurer l’assuré principal et ses ayants droit.

L’article L. 4362-9 du code de la santé publique autorise la délivrance de verres correcteurs sans ordonnance médicale, dès lors que la personne est âgée de plus de 16 ans.
Toutefois, l’absence d’ordonnance ne vous permettra pas d’obtenir le remboursement de vos lunettes par la Sécurité Sociale ni par une complémentaire santé.

Cependant, si vous disposez d’une ordonnance de moins de trois ans, votre opticien peut procéder au renouvellement de vos verres correcteurs.
Dès lors que vous disposez d’une ordonnance de moins de trois ans, vous bénéficiez des mêmes avantages de remboursements, que ce soit au niveau de la sécurité sociale ou de votre complémentaire santé.

La CMU

La Couverture Maladie Universelle est attribuée par la Sécurité Sociale sous conditions de ressources. Elle donne accès à une sélection de montures et de verres constituant des équipements optiques totalement remboursés par la Sécurité Sociale. L’offre CMU est limitée à une paire de lunettes par an.

Les mutuelles

La prise en charge complémentaire du coût d’une paire de lunettes peut être assurée par une complémentaire santé. Néanmoins, cette prise en charge pourra être partielle ou totale selon la complémentaire santé et le type de contrat dont vous disposez.