Le terme de basse vision s’applique aux personnes vivant avec une déficience visuelle importante, après correction. Lorsque des lunettes ou des lentilles ne parviennent pas à offrir une vision précise, on considère qu'une personne souffre de basse vision.

Si la cause principale de la basse vision est la vieillesse (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age, cataracte, glaucome, rétinite pigmentaire, rétinopathie diabétique, etc.), elle peut également être liée à un affaiblissement de la vision périphérique, la réduction ou la perte de la vision des couleurs ou encore par l'incapacité d'un œil à s'adapter correctement à la lumière, aux contrastes ou aux éblouissements.
Selon des études récentes, les troubles apparentés à la basse vision concerneraient 3 millions de français dont les activités quotidiennes sont limitées faute d’une acuité visuelle suffisante. La basse vision n’étant pas synonyme de cécité totale, un fort pourcentage des personnes affectées disposent d’une vision résiduelle qui peut souvent être améliorée à l’aide d’appareils spécifiques.

LES SYMPTÔMES
Une difficulté à lire, à écrire, à exécuter des travaux de précision, à apprécier les couleurs ou à reconnaître les visages, une diminution de la localisation, de l’équilibre et du champ visuel, une perte de la vision centrale peuvent être considérés comme de bons marqueurs d’une basse vision. Néanmoins, ces premiers symptômes peuvent être difficiles à déceler s’ils ne concernent qu’un seul œil. Ils n’en demeurent pas moins handicapants au quotidien, dans l’exercice de la conduite, en particulier. Dans la mesure où 90% des informations nécessaires au conducteur lui sont fournies par l’œil, de tels symptômes ne doivent pas être pris à la légère et nécessitent de réagir au plus vite en consultant un ophtalmologiste. Il est d’autant plus urgent d’agir que dans certains cas de DMLA (la dégénérescence maculaire liée à l’âge) par exemple, l’aggravation peut survenir très brutalement pour aboutir à une perte de vision quasi-totale.

DMLA : principale cause de basse vision
Parmi les causes de basse vision, la DMLA est la plus fréquemment rencontrée. Du fait du vieillissement de la population, elle ne cesse de gagner du terrain et touche de plus en plus de personnes, soit de 1,3 à 2 millions de français. La DMLA (ou devrait-on dire les DMLA, puisqu’il en existe plusieurs sortes : sèche ou atrophique et humide) est provoquée par une dégénérescence progressive de la macula qui apparaît le plus souvent à partir de l'âge de 50 ans, et plus fréquemment à partir de 65 ans, provoquant un affaiblissement important des capacités visuelles, sans toutefois les anéantir. Les raisons de cette dégénérescence ne sont pas formellement identifiées, mais le tabagisme et l’hérédité semblent jouer un rôle déterminant.
Située au fond de l’œil, dans l’axe de la pupille, la macula a un diamètre d’environ 1 mm. Malgré sa petite taille, elle est d’une importance quasi vitale pour la vue puisque, du fait de sa très forte concentration en cônes, c’est elle qui donne l’image la plus précise du point vers lequel on dirige le regard. La personne atteinte de DMLA voit ainsi progressivement sa vision centrale se détériorer, tandis que sa vision périphérique ou latérale reste inchangée.

LES TRAITEMENTS
Si les traitements contre la dégénérescence maculaire sèche ou atrophique sont rares voire inexistants, par chance, cette maladie progresse très lentement et ne masque jamais entièrement la vision centrale. Ainsi, de nombreuses personnes atteintes mènent une vie active sans invalidité grave, en ayant recours, par exemple, à des aides visuelles, de la simple loupe au vidéo-agrandisseur électronique, en passant par le téléphone à grosses touches, etc.
L’autre forme de DMLA, dite humide, bénéficie quant à elle de différentes possibilités de traitements, lesquels s’avèreront d’autant plus efficaces que la maladie aura été diagnostiquée tôt.

Quels que soient les symptômes dont vous souffrez, passé 50 ou 60 ans, en cas de doute, consultez votre ophtalmologiste le plus rapidement possible. Si une aide visuelle est nécessaire, il vous orientera chez un opticien expert en basse vision.